Hyperphagie, boulimie, binge-eating, phagomanie : les nuances et les différences

En plus de satisfaire une nécessité instinctive pour rester en vie, manger représente également un plaisir qui répond à une envie naturelle. Se nourrir constitue même un besoin fondamental reconnu comme un droit acquis à tout être vivant, l’être humain y compris. En ce qui concerne ce dernier cependant, force est de constater que certaines personnes subissent des troubles du comportement alimentaire, au point de développer une pathologie plus ou moins grave selon leur occurrence. Entre jeûne prolongé jusqu’à l’anorexie et la consommation excessive menant à l’obésité, les situations changent suivant les individus. Dans le cas de surconsommation, des nuances se présentent en fonction de la manifestation.

L’hyperphagie

Le symptôme se définit par une consommation d’aliments en grande quantité, excédant tout simplement la capacité normale qu’une personne peut ingérer. Parmi les troubles du comportement alimentaire les plus répandus et entrainant un surpoids, l’hyperphagie serait provoqué par un dérèglement neurologique, qui empêche le sujet de ressentir la satiété. L’obésité représente le résultat final de cette habitude pathologique. Également appelé binge-eating disorder, cette mauvaise habitude alimentaire peut toucher autant les hommes que les femmes. L’acte se passe généralement durant les heures de repas, mais peut aussi se produire en dehors de ces heures. Dans certains cas, le sujet peut même se réveiller en pleine nuit pour satisfaire un besoin compulsif de manger, et ingurgite une quantité impressionnante de nourriture.

La boulimie

Elle ressemble à l’hyperphagie, en ce qui concerne le principe d’avaler des aliments en très grande quantité. La prise de nourriture excessive en un minimum de temps est ensuite compensée par une cure forcée comme le vomissement provoqué, une activité physique et sportive intense, ou une période de jeûne. Mais la différence réside surtout au niveau psychologique. Les troubles du comportement alimentaire matérialisés par la boulimie indiquent surtout un mal-être du sujet, ou même un trouble de la personnalité. Cette habitude touche surtout les femmes, et une consultation psychiatrique peut s’avérer nécessaire, pour éviter les problèmes physiques. Les vomissements forcés peuvent en effet provoquer des ulcères d’estomac, et l’inflammation de l’œsophage ou du tube digestif.

La phagomanie

Parmi les troubles du comportement alimentaire, cette appellation technique désigne tout simplement le grignotage, mais à un degré infini. En d’autres termes, le sujet ne cesse de manger de la nourriture en petite quantité, du lever au coucher. Identique à l’hyperphagie en termes de conséquences, elle touche aussi autant les hommes que les femmes.

Rédigé par :  Jean-Jacques Perrut