Comment optimiser au mieux l’énergie vitale des aliments ?

La vérité est inconfortable, mais il faut la prendre en considération : la science moderne ne tient pas compte des quatre énergies inhérentes à l’homme, mais d’une seule : l’énergie physique. C’est un peu comme se faire une idée d’une maison en regardant une seule façade au lieu de prendre en compte les quatre côtés. Ce qui compte, ce n’est pas seulement le nombre de calories qu’un aliment apporte, mais de comprendre quelles forces l’ingestion d’aliments libère en vous.

“Être en bonne santé est la clé de la vitalité et de l’énergie” : ce sont les premiers mots d’un coach, qui poursuit ensuite : “Sans énergie, vous ne pourrez pas atteindre le poids que vous désirez et le corps dont vous avez toujours rêvé.” L’énergie est même appelée “la magie de votre corps”. De quelle énergie parle-t-il ? Évidemment l’énergie vitale, décrite dans l’article précédent avec les 3 autres formes d’énergie que l’homme possède.

On vous propose les stratégies pour donner un équilibre à l’énergie vitale. Les plus efficaces sont :

1) Choisissez des aliments riches en énergie vitale.

2) Pratiquez de temps en temps une journée de “jeûne alcalin”.

3) Passez une bonne nuit de sommeil.

Dans cet article, nous nous concentrerons sur le point numéro 1.

L’énergie vitale des aliments naturels

La conception moderne de la nutrition décrit les aliments en termes d’énergie physique pure (composants chimiques, protéines, glucides, graisses) mais ne dit rien des autres formes d’énergie. Quelle différence y a-t-il, par exemple, entre un grain de blé et la farine qui en est issue ? Du point de vue de l’énergie physique, pratiquement aucune : ce qui change, c’est l’énergie vitale de l’aliment. Que se passe-t-il en effet si vous plantez un grain de blé dans le sol ? L’énergie vitale est libérée, imprimant sa marque sur la matière : la vie naît et une plante commence à pousser. Il n’en va pas de même si vous enterrez un sac de farine blanche ou un morceau de pain.

À votre avis, que se passerait-il si vous ne mangiez que des aliments en conserve pendant une longue période ? Vous tomberiez malade au bout de quelques mois ! Votre énergie vitale serait en situation de déséquilibre, ce qui aurait un effet évident sur votre corps physique, créant les conditions d’une maladie. Pensez-vous que vous pouvez perdre du poids lorsque vous couvez les conditions d’une maladie ?

Que se passe-t-il lorsque vous mangez un aliment vital (comme une pomme) au lieu d’un aliment appauvri ? Bien sûr, aucune pomme ne poussera en vous. On peut dire en quelque sorte que votre énergie vitale s’empare de l’énergie vitale de l’aliment et la transforme pour l’imprimer dans votre corps et lui donner de la vitalité. Vos cellules seront plus actives, vos mitochondries fonctionneront parfaitement, ce qui vous aidera à perdre du poids plus facilement et vous éliminerez les toxines à un rythme plus élevé.

Qu’est ce qui influence l’énergie vitale des aliments ?

Il existe un certain nombre de variables qui influencent grandement l’énergie vitale d’un aliment. Il va sans dire que la principale caractéristique d’un aliment imprégné d’énergie vitale est sa capacité à générer d’autres formes de vie : un fruit ou une pomme de terre peut se reproduire. Un pot de confiture ou une purée de pommes de terre ne le peuvent pas. Mais toutes les parties d’une plante sont riches en énergie vitale, y compris les feuilles, les tiges, les fleurs et les racines.

Voyons maintenant quelles sont les variables qui affectent l’énergie vitale d’un aliment (et donc de l’homme).

a) Temps de collecte

Le temps qui s’écoule entre la récolte et l’ingestion a un effet important sur l’énergie vitale des aliments. À l’exception des graines, qui conservent leur énergie vitale pendant très longtemps, les aliments perdent progressivement leur capacité à donner de la vitalité une fois récoltés.

b) Raffiner les aliments

Les systèmes modernes de manipulation industrielle des aliments détruisent presque totalement l’énergie vitale, contribuant de manière décisive au déclin de notre vitalité et de nos défenses immunitaires et favorisant la prédisposition aux maladies chroniques et dégénératives, typiques de l’époque actuelle. C’est pourquoi il est de plus en plus important d’adopter un régime alimentaire comprenant des aliments riches en énergie vitale, comme par exemple :

– Fruits et légumes fraîchement cueillis et éventuellement biologiques ou biodynamiques.

– Germes, graines, herbes de céréales.

– Algues, super aliments et adaptogènes.

– Les aliments qui ne sont pas transformés industriellement ou du moins qui le sont le moins possible.

c) Cuisson des aliments

Certaines méthodes de cuisson modernes détruisent considérablement la vitalité des aliments. Tout d’abord, le four à micro-ondes. En revanche, les modes de cuisson plus doux, notamment la cuisson à basse température, conservent l’énergie vitale pendant quelques jours. La cuisson à la vapeur est particulièrement recommandée.

d) La méthode de conservation

Certains types de conservation, comme la congélation ou la mise en conserve, détruisent partiellement l’énergie vitale des aliments. Le séchage, en revanche, est capable de la maintenir. C’est pourquoi les extraits de plantes sèches sont capables d’agir sur l’énergie vitale et d’agir comme des thérapies.

e) La méthode de fertilisation

Les plantes, en tant qu’êtres vivants, ont besoin d’être correctement nourries. Les procédés de fertilisation modernes et l’utilisation de sources de lumière artificielle rendent cependant les aliments d’aujourd’hui beaucoup moins vitaux. Cela entraîne un fonctionnement sous-optimal du métabolisme et des cellules et donc une plus grande susceptibilité à la prise de poids, ainsi qu’une baisse des défenses immunitaires et divers troubles.

Rédigé par :  Jean-Jacques Perrut