Petit test auditif : comment est-il effectué et quelle est son importance ?

Lorsque les bébés naissent, l’un des premiers tests effectués est le test dit de l’oreille. Grâce à cette mesure préventive, il est possible de diagnostiquer précocement les problèmes auditifs et donc de les traiter.

L’écoute est l’un des sens les plus importants de l’être humain. C’est par l’audition que l’enfant reconnaît ses parents et se situe dans l’environnement, en plus d’être fondamental pour le développement de la parole et du langage.

À quoi sert le test auditif ? Test auditif : comment faire ? Les facteurs qui influencent les changements dans l’examen de l’oreille altérée : que faire ? Le développement auditif de votre enfant Foire aux questions

À quoi sert le test auditif ?

Elise Zimmermann Mathias, otorhinopédiatre pédiatrique, explique que le dépistage auditif néonatal universel (TANU), appelé test de l’oreille, permet de détecter les altérations du système auditif du nouveau-né. Le test est généralement effectué le deuxième ou le troisième jour de la vie du bébé, toujours à la maternité.

Depuis 2010, la loi stipule qu’aucun enfant ne doit quitter la maternité sans avoir passé le test. Elle est devenue obligatoire car le nombre de handicaps détectés est considérable : il y a 3 cas pour 1 000 naissances vivantes.

Petit test auditif : comment faire ?

L’examen est indolore et se fait avec le bébé endormi. L’orthophoniste place un dispositif d’émission otoacoustique évoquée, qui produit des stimuli sonores légers et mesure le retour de ces stimuli des structures de l’oreille interne.

Elise souligne que le test est simple, rapide, indolore et non invasif. “Un petit cône en silicone est introduit dans le conduit auditif externe du bébé et quelques clics (sons) sont émis pour détecter les réponses du test.

Facteurs influençant les modifications des tests

Les bébés qui sont plus susceptibles de subir des tests changent dans les conditions suivantes :

Ils sont nés prématurément

Présentent-ils des cas de surdité dans la famille

Ils sont restés plus de 5 jours dans l’USI

Nés avec moins de 1,5 kg

Ont-ils un syndrome comme Waardenburg, Alport, Pendred ou une altération comme la fente labiale

Lorsque la mère a eu une quelconque infection pendant la grossesse, comme la toxoplasmose, la rubéole, l’herpès, le VIH, entre autres

En cas de malformation de l’oreille ou des os du visage

Si le bébé a eu une maladie à la naissance : cytomégalovirus, herpès, rougeole, varicelle et méningite

Si le bébé a subi un traumatisme crânien

Si le bébé a une chimio.

Toutefois, dans certains cas, le test peut changer, mais le bébé aura une audition normale. “Toute modification de la forme de l’oreille, tout rétrécissement du conduit auditif externe, ou la présence de restes de peau ou de liquide de naissance, voire de cire, peut affecter le résultat du test”, souligne Elise.

Test auditif modifié : que faire ?

Le test peut changer dans une seule oreille lorsque le bébé a du liquide amniotique dans l’oreille. Dans ce cas, le test est répété dans 30 jours.

Lorsqu’un changement au niveau des deux oreilles est identifié, une évaluation est recommandée afin de commencer le traitement si nécessaire. Il peut également être indiqué d’observer le développement auditif de l’enfant puis de refaire le test, généralement entre 6 et 12 mois.

“Il est très important de faire appel à un spécialiste ORL pour clarifier et évaluer correctement le changement”, déclare Elise.

Développement de l’audition chez l’enfant

Il est important d’observer le développement auditif du bébé et de l’enfant dès la naissance afin d’identifier les problèmes éventuels. À tout moment de ce développement, si une altération et/ou un retard est constaté, il convient de faire appel à un otorhinolaryngologiste pour une évaluation et un suivi.

0-6 semaines : prend peur et se tait au son des voix. Elle s’exprime par des cris et des sons primitifs, mais des sons de voyelles commencent à apparaître.

3 mois : identifier d’où la voix est émise et observer l’environnement avec plus d’attention.

6 mois : vous identifiez émotionnellement la voix de votre mère.

9 mois : peut identifier les demandes simples faites en même temps que les gestes. Vous comprenez déjà des mots comme “non”, “bye”, “oui”.

12 mois : il peut déjà comprendre des mots largement utilisés et des ordres simples.

18 mois : il peut identifier des parties de son corps, chercher des objets et commence déjà à jouer avec des miniatures et des poupées.

24 mois : répond à des instructions plus élaborées, impliquant plus d’un concept dans une seule phrase.

30 mois : comprend les instructions comportant plus de trois concepts et commence à interpréter les verbes.

36 mois : reconnaît les différentes couleurs, les pluriels, les pronoms et les adjectifs

48 mois : comprend des concepts abstraits et utilise également le langage pour raisonner. Il reconnaît des expressions telles que “pourquoi”, “combien”, et comprend déjà plus de 1 500 mots.

Foire aux questions

1. Qui doit passer l’examen de l’oreille ?

Selon le ministère de la santé, tous les bébés doivent être testés dès les premiers jours de leur vie. Si le bébé est né en dehors du milieu hospitalier, il doit être testé dès le troisième mois de vie.

2. L’examen de l’oreille est-il exigé par la loi ?

Oui, la loi fédérale 12.303 du 2 août 2010 établit qu’il est obligatoire de réaliser gratuitement l’examen appelé “émissions otoacoustiques évoquées” dans tous les hôpitaux et maternités pour les enfants nés dans leurs locaux.

5. Quel professionnel passe le test ?

6. À quel âge passe-t-on l’examen de l’oreille ?

Idéalement, elle devrait être effectuée au cours du premier mois de la vie, de préférence dans les premiers jours de la vie.

N’oubliez pas de faire tester l’oreille de votre enfant, exigez-le à la maternité. En plus d’être un droit garanti, il contribue au diagnostic et au traitement précoces des problèmes auditifs.

Rédigé par :  Jean-Jacques Perrut