L’insuffisance cardiaque chez les personnes âgées

La décompensation cardiaque est un ensemble de symptômes et de manifestations physiques causés par l’incapacité du cœur à pomper des quantités adéquates de sang et aux besoins de l’organisme.  Cela entraîne une accumulation de liquide dans les membres inférieurs, les poumons et dans d’autres tissus. L’insuffisance cardiaque peut survenir à tout âge et peut avoir plusieurs causes. Elle se développe généralement à la suite d’une lésion du muscle cardiaque, comme un infarctus du myocarde ou une tension cardiaque excessive.

Lorsque des dommages irréversibles se produisent. Le cœur et l’ensemble du système cardiovasculaire s’adaptent en mettant en œuvre des mécanismes de compensation. Si ces tentatives du corps humain échouent également, une insuffisance cardiaque chronique se produit.

Les symptômes de l’insuffisance cardiaque

Le symptôme typique de l’insuffisance cardiaque est la dyspnée, c’est-à-dire une anxiété respiratoire. Cela se produit généralement en situation de stress à des stades plus avancés, lorsque le sujet est au repos. Cela est dû à l’incapacité progressive des cavités cardiaques à se vider efficacement pendant la contraction, ce qui entraîne une accumulation de liquide dans la circulation pulmonaire.

Les symptômes typiques de l’insuffisance cardiaque comprennent également l’asthénie, c’est-à-dire la fatigue. Elle est très fréquente et est également liée à une réduction de la fonction de la pompe cardiaque. Pour quantifier la fatigue et l’épuisement d’un sujet, il faut utiliser la classification de ce symptôme selon la relative classe NYHA

  • NYHA I : absence du symptôme au repos et pendant l’effort ordinaire

  • NYHA II : absence de respiration sifflante au repos mais présence dans les activités courantes

  • NYHA III : le symptôme est absent au repos mais le sujet est très limité dans la pratique d’une activité physique au quotidien

  • NYHA IV : l’essoufflement est présent à la fois avec un effort physique minimal et au repos

Malheureusement, l’évolution naturelle de la pathologie est progressive et les symptômes deviennent progressivement de plus en plus évidents jusqu’à ce que le patient fasse des examens cardiologiques pour vérifier l’inconfort. Un diagnostic précis du problème est important, notamment parce qu’il permet d’identifier les déclencheurs précis. La thérapie dépend des causes et peut être pharmacologique, médicale et/ou chirurgicale.

La thérapie pour l’insuffisance cardiaque

Une mortalité extrêmement élevée, touchant principalement les personnes souffrant d’un dysfonctionnement contractile grave du ventricule gauche, les personnes âgées et les personnes souffrant d’autres maladies graves. Cependant, il existe des thérapies grâce auxquelles il est possible de traiter l’insuffisance cardiaque. Il est possible de le faire grâce à un programme qui associe les médicaments à un changement du mode de vie et des habitudes du patient.

Pharmacothérapie:

L’insuffisance cardiaque offre de multiples possibilités thérapeutiques. En effet, les différentes classes de médicaments disponibles sur le marché agissent contre certains mécanismes cruciaux impliqués dans la genèse de ce syndrome. Les classes de médicaments les plus couramment utilisées dans le traitement de l’insuffisance cardiaque sont:

  • inhibiteurs de l’ECA : ils exercent leur action en inhibant l’enzyme de conversion de l’angiotensine ; ce sont des vasodilatateurs qui agissent en réduisant la charge de travail du cœur

  • Sartans : ils ont une fonction antagoniste contre les récepteurs de l’angiotensine II ; ce sont des vasodilatateurs qui agissent de manière similaire aux inhibiteurs de l’ECA

  • Bêta-bloquants : peuvent être utilisés dans le traitement de l’insuffisance cardiaque car ils réduisent les symptômes qu’elle induit et améliorent le fonctionnement du cœur

  • Digoxine : exerce un effet positif inotrope, c’est-à-dire qu’elle peut augmenter la force de contraction cardiaque

  • Diurétiques : utilisés dans la thérapie pour combattre l’insuffisance cardiaque parce qu’ils réduisent l’œdème causé par la maladie elle-même.

Traitement non pharmacologique

Pour traiter l’insuffisance cardiaque, il est également possible de suivre uniquement une sorte de thérapie comportementale. Cela consiste essentiellement à suivre un mode de vie correct, avec des habitudes alimentaires visant à réduire la consommation de sel et de graisses. Il faut aussi une activité physique modérée et un meilleur contrôle des facteurs de risque cardiovasculaire (tabagisme, hypertension, diabète, obésité et hypercholestérolémie).

Comment vivre avec la fatigue cardiaque?

La défaillance cardiaque nécessite généralement un certain changement de style de vie et d’habitudes de santé.  En fait il devient nécessaire d’adopter des habitudes plus saines et de s’engager à les maintenir. Parmi les bonnes coutumes pour vivre avec la fatigue cardiaque, on trouve la réduction de l’apport en sel. C’est parce que cet aliment est une cause de rétention d’eau dans l’organisme. Il est en outre nécessaire de réduire l’apport en liquides. En effet, l’eau introduite, si elle n’est pas éliminée en raison d’un dysfonctionnement des reins, s’accumule dans l’organisme et accentue les symptômes de congestion. La quantité d’eau à ingérer doit être déterminée par votre médecin en fonction de l’état clinique du patient. Il est également nécessaire d’éliminer les mauvaises habitudes telles que l’alcool et le tabac. La consommation d’alcool entraîne une dilatation et un affaiblissement du cœur, provoquant ainsi une aggravation d’une maladie cardiaque préexistante, et la nicotine, au contraire, provoque un rétrécissement des vaisseaux sanguins, augmentant ainsi la charge de travail du cœur et réduisant son approvisionnement en sang. Vivre avec une insuffisance cardiaque signifie que vous devrez changer votre mode de vie et vos habitudes.

Rédigé par :  Jean-Jacques Perrut