Les bonnes résolutions contre les dangers du pied diabétique

Nous espérons que vous êtes entrés en toute sécurité, et si possible sur de bonnes bases. Cela nous amène à une bonne résolution pour la nouvelle année, à laquelle la communauté diabétologique devrait s’engager d’urgence : moins d’amputations grâce à de meilleurs soins et une meilleure autogestion !

Encore environ 40 000 amputations dues au diabète

Dans notre pays, environ 40 000 jambes, pieds ou orteils sont encore amputés chaque année en raison du diabète. En novembre, la DDG l’a souligné dans un communiqué de presse sur le rapport allemand sur la santé Diabète. La mise à jour annuelle du rapport (qui ne peut malheureusement pas être téléchargée pour l’instant) a été présentée comme d’habitude lors de la Journée mondiale du diabète. Nous traiterons probablement encore une fois cette question séparément.

Selon le rapport, le nombre annuel d’amputations élevées que doivent subir les patients diabétiques est d’environ 8 500 et le nombre de petites amputations est d’environ 30 400. 12 000 amputations majeures ont été mentionnées dans le rapport sur le diabète de 2017. 

En référence à une étude récente2 , elle déclare : “Les études actuelles sur le nombre absolu d’amputations chez les patients diabétiques en République fédérale d’Allemagne ne sont pas disponibles. Cependant, une analyse de cohorte basée sur les données de l’assurance maladie a montré un nombre de 15 900 amputations majeures en Allemagne par an. Dans environ 70 cas, l’angiopathie diabétique ou le syndrome du pied diabétique en est la cause principale. Ces chiffres ont été confirmés dans une étude publiée récemment. Il montre également que la proportion d’amputations importantes a diminué depuis 2005, tandis que la proportion d’amputations mineures continue d’augmenter. La réduction du nombre d’amputations majeures malgré la proportion croissante de patients diabétiques dans la population totale et le vieillissement croissant de la population est la preuve d’une amélioration de la thérapie interdisciplinaire”.

Le pied diabétique : un problème toujours aussi important

C’est peut-être une lueur d’espoir, mais les chiffres sont encore trop élevés (et toujours plus élevés qu’en Scandinavie ou en Hollande, par exemple). Le syndrome du pied diabétique reste un énorme problème qui touche un diabétique sur quatre au cours de sa vie. On le trouve dans la période précédant le 85d’amputations chez les diabétiques. Le nombre de diabétiques souffrant de lésions du pied en Allemagne est estimé à un quart de million ; environ un million d’entre eux ont un risque accru de subir une telle lésion. La neuropathie périphérique, l’ischémie et les infections sont considérées comme les trois principaux facteurs d’origine. Rien de tout cela n’est nouveau, ce qui rend les bonnes intentions encore plus urgentes :

Dans ce contexte, deux publications récentes sont également intéressantes, l’une sur le diagnostic, l’autre sur la thérapie.

Une application pour le diabète utilise les vibrations des téléphones portables pour le dépistage des PNP

Pour le dépistage des PNP diabétiques, les chirurgiens orthopédistes britanniques ont développé une application de diagnostic qui utilise les vibrations générées par les téléphones portables. Dans une étude randomisée3 , les chercheurs ont pu démontrer l’aptitude de l’application à une utilisation pratique en comparaison avec deux méthodes d’essai validées (monofilament de 10 g selon Semmes-Weinstein et diapason de 128 Hz). L’étude a porté sur 21 patients atteints de neuropathie diabétique, 19 non-diabétiques avec une fracture du membre inférieur et 21 personnes témoins sans diabète et sans blessure.

Le site le plus approprié pour le test PNP s’est avéré être la 1ère tête métatarsienne avec une précision moyenne de 0,86 (téléphone portable : 0,88 ; monofilament : 0,79 ; diapason : 0,77). La sensibilité des trois méthodes de mesure était de 0,80, 0,62 et 0,57. Les 441 tests au total ont été ressentis nettement moins fréquemment par les participants du groupe de neuropathie (48 %) et par les personnes blessées à la jambe (87 %) que par le groupe témoin (95 %). Étant donné qu’une blessure semble également altérer la sensation de vibration, les auteurs recommandent que le membre controlatéral soit toujours inclus dans le test. L’avantage de la méthode de l’application rentable est que presque tous les médecins et les patients ont un smartphone avec eux.

Ondes de choc pour le traitement des ulcères du pied diabétique

Dans un communiqué de presse, la FDA vient d’informer de l’approbation d’un dispositif à ondes de choc destiné au traitement des ulcères du pied diabétique. La procédure, connue par le fabricant sous le nom de “Pulsed Acoustic Cellular Expression” (PACE), est basée sur des ondes de pression acoustique de haute énergie – comme celles utilisées dans la lithotripsie extracorporelle par ondes de choc (ESWL) pour désintégrer les calculs rénaux, urétéraux ou biliaires. Le principe d’action : les contraintes de pression et de traction générées dans les tissus sont destinées à améliorer la circulation sanguine et à favoriser la cicatrisation des plaies.

Deux études randomisées en double aveugle, contrôlées par placebo, menées auprès de 336 patients diabétiques, ont montré que cela fera une différence et ont convaincu la FDA. Tous les participants à l’étude ont reçu une thérapie de base avec des pansements humides et secs et un débridement des plaies selon les besoins. Après une à sept fois l’application de PACE, le taux de fermeture des plaies à 24 semaines était de 44% contre 30% dans le groupe de contrôle avec le traitement fictif.

Cependant, des effets secondaires ont également été observés. Les plus courantes mentionnées par la FDA sont les suivantes : douleurs pendant le traitement, ecchymoses et engourdissements locaux, migraines, nausées, évanouissements, infections des plaies ainsi que des infections extérieures aux plaies (cellulite, ostéomyélite) et fièvre. Il est destiné à compléter le traitement standard des ulcères diabétiques dont la surface de la plaie ne dépasse pas 16 cm2, qui existent depuis au moins 30 jours et qui ne s’étendent pas jusqu’à l’os.

Les Américains ne sont d’ailleurs pas en avance sur nous dans ce domaine : Selon le fabricant, l’appareil est déjà commercialisé en Europe sur la base d’une licence CE pour le traitement des défauts cutanés et sous-cutanés aigus et chroniques.

Rédigé par :  Jean-Jacques Perrut