Inflammation du muscle cardiaque: comment la ralentir?

Ralentir l’évolution d’une grave inflammation du muscle cardiaque. Lors d’une inflammation du muscle cardiaque ou myocarde, l’étendue de l’inflammation et donc des dommages au cœur dépend de la réponse immunitaire individuelle du patient. La gravité de l’inflammation virale du muscle cardiaque est étroitement liée à la réponse immunitaire de la personne affectée. Un inhibiteur d’un complexe de dégradation des protéines dans les cellules immunitaires (qui est l’immunoprotéasome) peut apparemment réduire l’étendue de l’inflammation et donc les dommages causés au cœur lors d’une myocardite. Cette nouvelle approche thérapeutique a été découverte par des scientifiques du Centre allemand de recherche cardiovasculaire (DZHK) et de la Charité à l’Universitätsmedizin Berlin.

Quel est le mécanisme physiopathologique de la maladie ?

L’inflammation muscle cardiaque par le virus peut déclencher une réaction dévastatrice du système immunitaire, en particulier chez les enfants et les jeunes adultes, qui peuvent conduire à une inflammation grave avec une insuffisance cardiaque ultérieure, voire une mort cardiaque subite. L’activation de la réponse immunitaire sert d’une part à contenir la maladie virale, mais d’autre part, elle déclenche également des réactions pathologiques dans le muscle cardiaque. Les chercheurs tentent donc d’identifier de nouvelles cibles afin d’affaiblir la réponse immunitaire et de permettre en même temps de contrôler le virus en toute sécurité. En effet, l’évolution de la maladie semble dépendre principalement de l’interaction entre les lésions cellulaires causées par le virus et la réaction individuelle du système de défense de l’organisme. Par exemple, les inflammations virales du muscle cardiaque sont presque asymptomatiques chez la plupart des gens. Antje Beling de l’Institut de biochimie de la Charité de l’Universitätsmedizin Berlin et son équipe ont utilisé un inhibiteur de l’immunoprotéasome (appelé ONX 0914) dans le but de soulager les inflammations virales graves du muscle cardiaque. L’immunoprotéasome est un complexe de protéases ayant diverses activités enzymatiques qui se produit principalement dans les cellules humaines du système de défense où il décompose les protéines. Dans un modèle animal, très sensible à l’inflammation virale sévère du muscle cardiaque, cet inhibiteur a pu contenir la réaction inflammatoire destructrice. Des souris ont été infectées par le Coxsackievirus B3, qui affecte également les cellules du muscle cardiaque humain, et traitées avec l’inhibiteur ONX 0914 au début de l’infection. Bien que le nombre de virus n’ait été que très peu réduit par l’inhibiteur, les tissus cardiaques ont été moins endommagés et la fonction cardiaque est restée stable. Avec l’inhibiteur, il n’y a pas d’inflammation grave qui affecterait le remplissage du muscle cardiaque et endommagerait le tissu du muscle cardiaque. Le cœur est donc capable de pomper sans faiblir, explique M. Beling.

Quelles sont les explication des chercheurs sur la myocardite ?

Les monocytes et les macrophages sont les cellules immunitaires qui contribuent de manière significative aux dommages causés à l’inflammation muscle cardiaque. Les chercheurs berlinois ont donc étudié comment ces cellules réagissaient à l’administration de l’inhibiteur chez les animaux infectés. Ils ont observé que l’ONX 0914 entraînait effectivement une mobilisation accrue des monocytes de la moelle osseuse. Cependant, ces cellules ont produit beaucoup moins de substances messagères pro-inflammatoires pendant l’infection. En particulier, la faible production de molécules attirant les monocytes dans le muscle cardiaque a empêché le développement d’une inflammation grave et dommageable pour les tissus. La suppression de la production de substances messagères pro-inflammatoires est l’effet principal de l’inhibiteur ONX 0914, qui conduit à un meilleur déroulement de l’inflammation du muscle cardiaque, explique M. Beling. L’effet de l’ONX 0914 sur d’autres cellules du système immunitaire, telles que les lymphocytes et les neutrophiles, a également été analysé. Lors d’une infection virale, les scientifiques ont observé chez des souris non traitées que le nombre de lymphocytes dans le corps avait fortement diminuées, ce qui a été complètement évité par le traitement avec ONX 0914. Ils ont également trouvé d’autres anticorps dirigés contre le virus après l’administration de l’inhibiteur, ce qui indique que la réponse anticorps du système immunitaire est restée intacte ou a même été améliorée par l’ONX 0914. Les cellules de défense des neutrophiles ont réagi clairement au traitement par ONX 0914, mais cela n’a pas influencé l’évolution de la maladie. Les chercheurs travaillent actuellement à déchiffrer au niveau moléculaire comment l’inhibition de l’immunoprotéasome réduit la production de substances messagères favorisant l’inflammation. Ils ont déjà découvert qu’une voie de signalisation spécifique dans les cellules (la voie dite MAP kinase) est impliquée dans la transmission de l’effet. En outre, Mme Beling et ses collègues utilisent un autre modèle d’inflammation du muscle cardiaque pour tester si l’ONX 0914 peut y exercer le même effet protecteur. “Cette substance a un grand potentiel, non seulement pour la myocardite, mais aussi pour d’autres maladies qui sont principalement causées par une réponse immunitaire exagérée”, a déclaré M. Beling. Un analogue de l’inhibiteur ONX 0914 est déjà testé dans des essais cliniques de phase I/II chez des patients atteints de maladies auto-immunes inflammatoires. La source vient du centre allemand pour la recherche cardiovasculaire.

Rédigé par :  Jean-Jacques Perrut